GettyImages-157602877
Actualités et temps forts

Pourquoi intégrer le Cloud à votre programme ESG ?

Laith Bahoshy, directeur général de l’architecture de la solution Cloud pour la région EMEA, VMware

Le nouvel agenda de l’action, signé par 40 dirigeants mondiaux à la COP26, vise à optimiser le développement et le déploiement de technologies propres d’ici 2030. Cet engagement est salué comme une étape cruciale dans la limitation de l’augmentation des températures à 1,5 °C. Je dirais que la technologie et l’innovation sont des acteurs majeur dans la réalisation des engagements fixés par la COP26.

L’innovation technologique est aujourd’hui synonyme de données. Et avec le volume croissant généré chaque jour, régi et rendu possible par la croissance continue du Cloud. Il est crucial de nous efforcer a décarboniser l’infrastructure numérique qui soutient une si grande partie du monde d’aujourd’hui. Le Cloud est au cœur de cette infrastructure. Nous devons concentrer nos efforts sur celle-ci. Voici comment et pourquoi.

Se concentrer sur les charges de travail

Nous estimons que les Data Centers représentent environ 1% de la consommation d’électricité mondiale. Bien qu’au fil des années nous ayons réalisé des gains d’efficacité impressionnants grâce à la virtualisation, dans laquelle VMware fut un véritable pionnier, une étude publiée dans la revue Science met en garde contre le fait qu’il n’y a aucune garantie que ce moteur d’efficacité perdurera avec l’émergence de nouvelles technologies avides de données, telles que l’intelligence artificielle, l’auto-apprentissage, la 5G et la réalité virtuelle.

Les climatologues affirment que nous devons réduire de moitié les émissions mondiales de carbone pour éviter un scénario catastrophe. L’informatique constitue donc un élément essentiel de notre quête de neutralité carbone. Notre priorité en tant qu’industrie doit être de réduire à la fois l’énergie, et le carbone associés à l’exécution des charges de travail.

Une façon d’y parvenir consiste à changer la façon dont nous exécutons et gérons les Data Centers. Compte tenu de leur consommation d’électricité, même de minuscules ajustements peuvent faire une grande différence. Prenez cet ingénieur Google, auteur du livre « I’m Feeling Lucky : The Confessions of Google Employee Number 59 ». Qui a repensé l’alimentations pour les serveurs de ses Data Centers, et qui en réduisant la consommation d’énergie de seulement un watt, a économisé des millions.

Une autre méthode consiste à examiner les charges de travail elles-mêmes. Elles auront toujours besoin d’énergie. Par conséquent, les entreprises doivent envisager de minimiser les besoins en infrastructure Cloud publique et on premise afin de réduire leur consommation. La gestion du moment et de l’endroit où les charges de travail sont exécutées et la mesure du carbone attribué à chaque charge de travail individuelle favoriseront la réduction du carbone. Enfin, elles doivent intégrer les mesures correspondantes de l’énergie et du carbone dans les systèmes de gestion, en parallèle avec les performances et la disponibilité, afin d’encourager des modes de fonctionnement plus transparents et plus efficaces.

La mise en œuvre de ces modifications est une tâche complexe. En particulier pour les équipes ayant une connaissance limitée de l’empreinte carbone de leur infrastructure informatique. C’est pourquoi VMware propose une gamme de solutions multi-cloud qui permettent aux clients de ré-héberger rapidement et facilement des applications, d’un Cloud on premise à n’importe quel Cloud public et inversement, grâce à un modèle opérationnel de Cloud cohérent qui favorise l’efficacité, la gouvernance, la sécurité et les performances.

La dynamique se développe également autour des Data Centers alimentés par des énergies renouvelables. De nombreux fournisseurs de services Cloud reconsidérant la façon d’alimenter leurs Data Centers et le type d’électricité utilisée pour cela. Plutôt que d’attendre que les sociétés des services publics effectuent la transition des énergies fossiles aux énergies renouvelables. Afin de soutenir ces entreprises et d’accélérer la transition vers des Clouds à zéro carbone, nous avons lancé l’initiative Zero Carbon Committed. En connectant nos clients aux partenaires VMware Cloud Provider qui se sont engagés à mettre en place des Clouds à zéro carbone d’ici 2030, nous les aidons à atteindre leurs objectifs de durabilité et de décarbonisation.

Utiliser le Cloud intelligemment

Bien que les avantages du Cloud soient évidents lorsqu’il s’agit de décarboniser les infrastructures, il faut souligner que toutes les routes ne doivent pas nécessairement conduire au Cloud. À lui seul, il ne sera pas suffisamment efficace, et une mauvaise stratégie de Cloud pourrait même accroître l’utilisation. Par exemple, une entreprise utilisant trois Clouds ou plus peut choisir de disposer d’une équipe distincte pour chaque Cloud, en consommant les ressources nécessaires pour cela. L’autre option, grâce aux solutions que j’ai mentionnées ci-dessus, consiste à avoir une seule équipe avec les mêmes compétences utilisant des opérations et une gestion cohérentes dans plusieurs environnements de Cloud, ce qui est beaucoup plus efficace. Il ne s’agit que d’un aspect de l’utilisation intelligente du Cloud au lieu de juste donner la priorité au Cloud, et d’examiner et de réviser régulièrement les stratégies de Cloud pour évaluer leur impact sur l’environnement.

Utiliser le Cloud intelligemment signifie également que les entreprises peuvent choisir le meilleur mélange possible de plates-formes et d’environnements pour leurs besoins spécifiques. Cela implique de pouvoir prendre en charge une plus grande exécution des modèles d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage afin d’améliorer l’efficacité de la production, mais aussi, en associant l’IoT, d’obtenir des informations basées sur les données qui permettent de prendre des décisions respectueuses de l’environnement dans de nombreux secteurs, de l’agriculture à la fabrication.

Ce point peut sembler contre-intuitif, étant donné que l’augmentation de l’IA et de l’auto-apprentissage en général contribue de manière significative à l’augmentation des demandes en « calculs » dans le monde entier, accroissant ainsi l’empreinte carbone. Mais l’IA elle-même peut jouer un rôle essentiel dans le développement durable de l’entreprise, non seulement dans la manière dont elle est conçue et déployée, mais également dans ce pour quoi elle est utilisée. Il existe de nombreux cas d’usage dans lesquels elle peut réellement être utilisée pour réduire l’empreinte carbone. Une étude récente du BCG, par exemple, explique comment les entreprises peuvent utiliser l’IA pour surveiller leurs émissions actuelles, prédire les niveaux futurs et tirer parti des enseignements et des connaissances pour les réduire activement.

En fin de compte, en améliorant la transparence des données, le multicloud peut imposer une « responsabilité carbone », grâce à sa capacité à révéler où et comment l’énergie est utilisée et comment la réduire.

Attirer les profils qualifiés

Être capable de démontrer un solide programme ESG, soutenu par une stratégie de Cloud qui offre une plus grande efficacité, n’est pas seulement une question de résultats. Il est également essentiel d’attirer et de conserver les talents. Les collaborateurs d’aujourd’hui veulent travailler pour des entreprises capables de démontrer leur engagement envers des pratiques plus durables, équitables et diversifiées. Avoir une stratégie de Cloud durable capable de démontrer facilement son efficacité, comme la réduction de la consommation d’énergie et de l’empreinte carbone, est de plus en plus indispensable lors du recrutement.

Rendre la durabilité intrinsèque

Chez VMware, nous avons publié notre Agenda 2030, un engagement à atteindre 30 objectifs d’ici 2030 afin de créer un monde plus équitable, durable et résilient. Nous ne sommes pas les seuls à respecter ces engagements : dans le monde entier, des entreprises mettent en place leurs propres objectifs ESG et examinent les changements qu’elles peuvent apporter pour s’efforcer de les atteindre. L’une des composantes de notre Agenda 2030 est la « durabilité intrinsèque » : rendre la durabilité intrinsèque à chaque produit que nous créons, chaque interaction que nous avons et chaque projet client sur lequel nous travaillons. Cela commence par la décarbonisation des infrastructures.

En fin de compte, le Cloud est au cœur de chaque entreprise d’aujourd’hui. Rendons les plates-formes Cloud plus économes en énergie et nous serons sur la bonne voie pour rendre les entreprises plus efficaces et plus écologiques, tout en maintenant notre rythme d’innovation.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont le Cloud peut vous aider à mener vos initiatives de développement durable, écoutez la conversation de mon collègue Hervé Renault avec Nourdine Bihmane d’Atos dans son dernier podcast Connected in the Clouds. Profitez de votre écoute !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *