Actualités et temps forts Multi-cloud

Besoins métiers, données, applications, puis plate-forme : un plan d’évolution pour réussir sa stratégie Cloud

Joe Baguley, VP et CTO EMEA, VMware

Partout dans le monde, nos vies ont été transformées. La quasi-totalité de nos activités dépend désormais de la connectivité numérique et d’applications. De plus, le rythme des évolutions n’est pas près de ralentir. Le public, et les entreprises par extension, ont pris conscience du champ des possibles. Les acteurs qui pensent pouvoir se permettre de lever le pied seront relégués au second plan. 

C’est le Cloud, dans tous ses aspects, qui permet d’accélérer ce mouvement et de favoriser la réussite et la vitesse de développement et de distribution des applications.

Cependant, malgré toutes ces preuves, seul un tiers des entreprises européennes reconnaissent les avantages du Cloud.[1]De même, en Afrique du Sud, seulement 22 % des entreprises utilisent des services Cloud.[2] Le Moyen-Orient, lui, accuse un retard estimé à 5 ans par rapport aux États-Unis en matière d’utilisation du Cloud.[3] En parallèle, l’adoption du Cloud ne va qu’augmenter : un analyste prévoit une croissance de près de 20 % en 2021.[4]

Le constat est clair : que les entreprises l’adoptent ou non, le Cloud arrive. Afin de ne pas prendre de retard, les entreprises doivent se lancer dans l’élaboration d’un plan d’évolution pour assurer leur réussite en tirant parti du Cloud. À quoi ressemble ce plan d’évolution ? 

Pour répondre à cette question, j’ai récemment participé à une discussion dans laquelle il était question à la fois des opportunités offertes par le Cloud et des raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises ne l’ont pas encore adopté. Je me suis entretenu avec : Gavin Jolliffe de Xtravirt et Louise Ostrom d’Accenture VMware Business Group. Mais également avec Salvatore Cassara de SGB Smit et Sylvain Rouri d’OVHcloud. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, d’autres partenaires et clients nous ont également fait part de leurs contributions et réflexions.

L’impératif des données

Pour comprendre la croissance explosive de l’économie numérique, nous devons tout d’abord nous pencher sur ce qui alimente son accélération : les données. Chaque clic sur un élément et chaque moment numérique dont nous profitons génère des données. Cette avalanche d’informations revêt une immense valeur, mais des technologies puissantes sont nécessaires pour les interpréter. Des technologies telles que : le Big Data, l’autoapprentissage, l’intelligence artificielle. En outre, toutes ces technologies doivent pouvoir traiter les données à grande échelle. 

Le seul moyen d’accéder à la puissance de calcul nécessaire pour transformer les données en informations et en connaissances est d’utiliser les environnements Cloud. À un niveau fondamental, les décisions concernant le type de Cloud utilisé par les entreprises sont inévitablement liées aux types de données qu’elles possèdent ou utilisent.

« Je pense que l’un des plus gros chantiers pour une entreprise souhaitant migrer vers le Cloud est de comprendre clairement les différents types de données dont elle est responsable, et comment elle souhaite les utiliser », suggère Sylvain Rouri.

Cette opinion est partagée par mon collègue Hervé Renault. Selon lui, la résidence, la connectivité et l’accessibilité des données sont des sujets clés pour les entreprises qui cherchent à optimiser l’utilisation de leurs données via le Cloud.

L’intérêt des applications : disponibles, agiles et accessibles

Par quel moyen les données sont-elles transformées en informations concrètes ? C’est grâce aux applications. Elles constituent l’ADN de l’avantage concurrentiel d’une entreprise. En effet, « Aujourd’hui, tout est question de vitesse : la vitesse de commercialisation, et la vitesse à laquelle vous pouvez vous emparer du marché », explique Louise Ostrom.

Ces applications doivent être disponibles au bon moment, au bon endroit, sur les bons terminaux, et entièrement sécurisées et accessibles. Elles doivent être déployées sur des Clouds qui offrent un environnement adapté à leurs besoins ; tout en conservant la possibilité de les déplacer en fonction de leur évolution.

Un tel déploiement est-il possible en interne, au sein des entreprises de développement existantes ? Pour résumer, pas vraiment. Ou, comme Louise Ostrom l’affirme : « Vous ne pouvez pas trouver ou développer tout seul les outils et les services offerts par les différents Clouds ». 

Les défis du Cloud

Alors malgré ces avantages, pour quelles raisons les entreprises tardent-elles à adopter le Cloud ?

Selon un autre intervenant, c’est une affaire de personnes et de processus. Salvatore Cassara pointe du doigt le fait que les entreprises sont souvent freinées « probablement car la structure de leur équipe n’est pas adaptée. Elle n’a pas été suffisamment développée pour apporter les connaissances et l’attitude nécessaires à l’adoption du Cloud. »

Faute de processus et d’équipes appropriés, une migration ne permettra pas d’éliminer les problèmes sous-jacents : elle ne fera que les déplacer dans le Cloud. De fait, « Le transfert du problème d’une plate-forme à une autre ne constitue pas une solution », ajoute Gavin Jolliffe. 

De plus, pour la plupart des entreprises, il n’existe pas de plate-forme qui réponde à l’ensemble de leurs besoins. Le Cloud représente un terme générique qui couvre tous les domaines, des applications exécutées on premise aux Clouds privés, publics et de périphérie. Chaque équipe a besoin d’une combinaison de ces éléments pour répondre à ses besoins. Cette prolifération génère des incohérences, des lacunes et augmente la complexité. Tout ceci peut nuire aux performances des applications et à l’expérience digitale proposée par l’entreprise. Comme le souligne Vivek Parath de Huco, l’une des questions les plus importantes que les entreprises se posent est la suivante : « Comment transférer instantanément nos applications vers n’importe quel Cloud sans aucune interruption ? »

Existe-t-il un moyen de surmonter les difficultés liées à la mise en place des compétences et des processus adéquats ? Mais aussi de relever le défi de la complexité ? 

Oui. Tout cela est possible grâce à une plate-forme unique optimisée pour toutes les applications, qui peut être utilisée sur tous les Clouds, du privé à l’hyperscale, avec une infrastructure et des opérations cohérentes. Résultat : une réduction de la complexité, des risques et du coût total de possession. Les entreprises souhaitent pouvoir opérer une transition rapide vers le Cloud, tout en étant libre de leur choix de Cloud. Elles doivent pouvoir choisir le Cloud optimal en fonction des besoins de chaque application. Mais également, utiliser les services Cloud les plus puissants et tirer parti des meilleures fonctionnalités de modernisation des applications. Enfin, elles doivent pouvoir migrer vers le Cloud à leur rythme, sans nécessairement foncer tête baissée. 

Le Cloud, un choix nuancé

Alors que faut-il faire ? Réfléchir en termes binaires est une erreur. Il ne s’agit pas de choisir entre noir ou blanc, l’un ou l’autre. La décision des entreprises d’adopter le Cloud ne doit pas être orientée par le Cloud Computing en soi. Cette décision doit reposer sur les besoins des entreprises elles-mêmes en matière d’application et de données. De quelles applications avons-nous besoin à l’avenir ? De quelles données allons-nous avoir besoin ? Où stocker ces données ? Comment les traiter ? Où diffuser les résultats ? Pour commencer, déterminez un plan d’évolution pour vos applications. De celui-ci découleront les exigences de vos environnements et de votre infrastructure. Cette démarche peut, et va, dans la plupart des cas, vous pousser vers le Cloud. Vous pourrez ainsi vous assurer que vous choisissez le Cloud et les services Cloud appropriés pour soutenir votre activité.


[1] Europe

[2] IT Web

[3] Gartner

[4] Gartner

Related Articles

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.