Actualités et temps forts

Le « Digital Workspace » catalyseur de la transformation de la DSI ?

Chronique de Karim Djamai, Directeur EUC Southern Europe WMware.

Si la transformation digitale est devenue depuis une quinzaine d’années une des priorités stratégiques des entreprises, Forbes soulignait en 2016 que 84% d’entre elles achoppaient face à la complexité des enjeux humains et culturels de la tâche.

 

Loin des paillettes ou des projets pharaoniques, le chantier du « digital workspace », visant à transformer l’environnement de travail des collaborateurs, est à la fois l’un des plus visibles et des plus impactant pour l’activité de l’entreprise, avec un gain très rapide pour les utilisateurs. Pour mettre en œuvre et encadrer ces nouvelles pratiques, le DSI est évidemment à la manœuvre.

Pour amplifier la transformation numérique ou favoriser de nouveaux usages au sein de l’entreprise, les projets de digital workspace présentent trois bénéfices directs :

  • Moderniser les environnements de travail pour mieux embrasser les mutations de nos modes de vies, notamment de nos nouveaux usages professionnels (BYOD, mobilité, télétravail, bureaux partagés, mise à profit des temps de transport…) ;
  • Gagner en productivité en libérant les métiers et en leur permettant de travailler beaucoup plus en adéquation avec la stratégie et le positionnement digital de l’entreprise ;
  • Revaloriser le CIO en recentrant la DSI au cœur du processus métier de l’entreprise, en tant que branche métier du numérique.

 

L’approche gagnante ? Inclure ce chantier du digital workspace dans les projets de transformation numérique portés par le Comex ! Fort de ce sponsor et clairement identifié comme porteur de ce dossier dans l’entreprise, le DSI se retrouvera avec plus de moyens. Il pourra alors mettre en place une approche bien plus pertinente du digital workspace et sera beaucoup mieux suivi par la direction générale.

Autre bonne pratique : l’extension du digital workspace à tous les employés, et pas seulement aux cols blancs ou VIP de l’entreprise. Car de plus en plus de projets irradient à l’extérieur de l’entreprise. Le digital workspace se propage aux sous-traitants, cotraitants ou partenaires pour amener des outils numériques de façon contrôlée et sécurisée dans des environnements de travail hétérogènes.

 

Associer projets de transformation métier et projets de transformation IT

 

Trois moteurs principaux peuvent être à l’origine de cette démarche :

  • Des projets d’extrême mobilité via de nouvelles applications d’entreprise ou l’intégration d’applications existantes développées depuis 30 ans ;
  • Des projets de modernisation du poste de travail traditionnel vers un environnement beaucoup flexible et agile, y compris la gestion moderne des environnements Windows ;
  • Des besoins de gestion des identités au sein d’environnements, de devices et d’applications multiples.

 

La querelle des anciens et des modernes

 

La gestion du digital workspace met en lumière deux types d’approches du DSI :

  • L’approche conservatrice, enlisée dans un modèle de centre de coûts, qui considère que le DSI doit proposer le meilleur support « desk » sans s’attaquer aux silos du système d’information, ni libérer ses utilisateurs en mobilité.

 

  • L’approche nouvelle génération, pro-active, promouvant un modèle de centre de services, qui va trouver un sponsor auprès de la DG pour proposer des services et reprendre le contrôle de son shadow IT et intégrer au mieux la vie privée de l’utilisateur au sein de son environnement professionnel. Une démarche que l’on pourrait qualifier d’offensive sur le digital, que l’on rencontre de plus en plus souvent, tous secteurs confondus.

 

Et vous, quel DSI êtes-vous ?

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *