Actualités et temps forts Modernisation des applications

Pourquoi la sobriété énergétique devrait être une priorité pour les dirigeants en 2023 ?

Par Vincent Méoc, Solution Architect, VMware

La crise énergétique qui a secoué l’Europe a entraîné une hausse importante des dépenses énergétiques, touchant aussi bien les particuliers que les entreprises. Les secteurs à forte consommation d’énergie ont été touchés : l’industrie manufacturière et l’industrie lourde, mais aussi la plupart des entreprises et organisations, notamment les écoles et les hôpitaux.

La hausse du coût de l’énergie a également accrue l’inflation. Les entreprises qui veulent rester compétitives doivent trouver des moyens de réduire leur consommation d’énergie. Mais pour pouvoir prendre des mesures utiles, elles doivent avoir une vue d’ensemble de leur consommation d’énergie, et cela doit inclure les infrastructures informatiques critiques, notamment les centres de données, le cloud et les infrastructures périphériques. Les centres de données représentent environ 4 % de toute l’électricité consommée dans le monde, ce qui en fait un enjeu majeur. Il existe des mesures concrètes pour évaluer l’empreinte carbone d’un parc informatique.

Ce n’est pas seulement le coût de l’énergie qui ajoute de la pression sur les entreprises : il y a aussi des pressions environnementales. Cependant, les entreprises peuvent prendre des mesures pour commencer à évaluer l’empreinte carbone de leurs parcs informatiques, que nous explorerons plus en détail ci-dessous.

Suivre les meilleures pratiques en matière de réduction de la consommation d’énergie

La réduction des émissions de carbone est complexe et les entreprises doivent encore relever certains défis pour faire la différence. Des enjeux commerciaux peuvent facilement prendre le pas sur le développement durable, créant une inertie. Savoir par où commencer peut être un défi en soi, et de nombreuses organisations ont encore besoin d’être formées pour prendre les premières mesures d’évaluation de leur parc informatique.

Chez VMware, nous aidons depuis longtemps nos clients à réduire leur consommation d’énergie, l’optimisation des ressources étant au cœur de notre mission

Pour aider les entreprises à prendre le chemin de la durabilité, nous avons développé un modèle de maturité. Ce modèle guide les entreprises pour choisir les actions qui apportent le plus de bénéfices dans leur contexte spécifique. La première étape est une évaluation qui utilise notre suite VMware Aria pour comprendre le niveau d’efficacité de l’environnement multi-cloud. Sur la base de cette évaluation, nous trouverons des actions à court terme et des actions à long terme pour réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2.

Ces actions consistent notamment à fournir une visibilité sur la consommation d’énergie et les émissions de CO2 au sein des centres de données, à réduire le gaspillage des ressources (qui peut représenter entre 10 % et 45 % d’un environnement informatique) grâce à l’optimisation multi-cloud et à offrir une visibilité du « DC aux métiers » grâce à des tableaux de bord pour suivre l’impact des applications sur leur consommation d’énergie.

Outre l’amélioration de la visibilité, l’automatisation des charges de travail contribuent directement à réduire la consommation d’énergie. Nous voyons de nombreux clients associer un “bail » aux ressources déployées, afin de récupérer automatiquement ces ressources après une période définie. Certains clients ont même commencé à arrêter automatiquement leurs systèmes non critiques pendant la nuit ou le week-end.

Pour suivre leurs progrès en matière de durabilité, les entreprises peuvent bénéficier d’un « score vert » qui résume leur efficacité, leur demande propre et leur utilisation des sources d’énergie.

Les résultats parlent d’eux-mêmes

La création d’un plan de réduction de la consommation d’énergie est un scénario gagnant-gagnant pour les entreprises. En optimisant leur consommation, elles pourront simultanément réduire leurs coûts et leurs émissions de carbone.

Par exemple, l’assureur Groupama a tiré parti des technologies VMware pour réduire son infrastructure de calcul virtuel de 29 %, ce qui a eu un impact immédiat sur la réduction de la consommation d’énergie.

Orange a également consolidé ses anciens centres de données et migré ses charges de travail en tirant parti de la solution VMware Aria Automation. L’entreprise a réalisé des opérations plus efficaces et appliqué les meilleures pratiques en matière de cloud computing grâce à VMware Aria Automation : en gérant l’ensemble du cycle de vie à l’aide de systèmes de baux, approbation et récupération, économisant ainsi 10 % de ressources et en multipliant par dix son ratio de consolidation. Ce gain d’efficacité a un impact direct sur son bilan CO2, puisque la commande de nouveaux serveurs représente, en moyenne, 1,5 tonnes métriques CO2eq.

Faire le premier pas

Les coûts de l’énergie étant susceptibles de continuer à augmenter, les entreprises doivent réfléchir à la manière dont elles peuvent prioriser la réduction de la consommation.

L’enjeu est de taille, avec de vastes possibilités de réaliser des économies, de réduire leur impact sur l’environnement et d’impliquer les employés et les investisseurs par le biais de mesures de durabilité.

Si votre organisation souhaite se lancer, n’hésitez pas à contacter votre équipe commerciale VMware ou votre partenaire.

Pour en savoir plus, découvrez comment Orange a réduit sa consommation d’énergie et ses émissions de CO2 avec le replay de notre webinaire.

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.