Modernisez vos applications en 7 étapes

Posté le 11/09/2020 by VMware_France

Les derniers mois ont montré que les entreprises qui misent sur une culture et une infrastructure flexible sont les mieux armées pour réussir. Et ce, quoi que nous réserve l’avenir…

Trois raisons expliquent cette position privilégiée. Premièrement, elles savent pertinemment que l’expérience client est essentielle aussi bien à leur survie qu’à leur essor. Deuxièmement, elles ont compris que les décisions qu’elles prennent aujourd’hui doivent contribuer à pérenniser leurs activités. Et troisièmement, elles admettent que la seule façon d’y parvenir est d’être en mesure de développer, exécuter, gérer et moderniser leurs portefeuilles d’applications. Et plus important encore, de le faire de manière simple et sécurisée, en utilisant les méthodologies de développement et les technologies de conteneur les plus récentes pour réduire les délais de mise en production.

Dans ce contexte, en quoi cette complexité potentielle pèse-t-elle sur les équipes IT, et en particulier sur les développeurs chargés de mettre ces applications à la disposition des utilisateurs finaux, rapidement et à grande échelle ?

La modernisation des applications en sept étapes

Ils doivent prendre en compte sept points stratégiques et y apporter des réponses : quelles sont leurs priorités ? Quelles sont les applications dont ils ont besoin pour atteindre ces objectifs ? Sur quelles plates-formes ces applications sont-elles utilisées ? Sur quels terminaux doivent-elles s’exécuter ? De quelle manière les utilisateurs accèdent-ils aux applications ? Comment les sécuriser ? Et, pour finir, de quelle manière tout cela va-t-il être géré ?

1. Quelles sont les priorités absolues d’une entreprise numérique ?

Les équipes IT et les développeurs doivent offrir aux départements opérationnels un niveau de service similaire à celui proposé à des clients réels. Ils doivent comprendre leurs besoins, les difficultés qu’ils rencontrent ainsi que leurs objectifs, et les rassurer, preuve à l’appui, sur la manière dont ils peuvent les accompagner dans la concrétisation de leurs ambitions. Il s’agit d’une conversation qui va dans les deux sens, où les équipes de part et d’autre parlent le même langage et s’aident mutuellement à comprendre les aspirations de chacun.

2. Quelles sont les applications dont nous avons réellement besoin ?

Une fois le périmètre correctement établi, les équipes IT et les développeurs peuvent se rapprocher des équipes métier afin d’identifier les applications dont elles ont besoin et étudier l’approche à privilégier pour les prendre en charge. Les services impliqués doivent impérativement prendre part à cette discussion, tout comme chaque personne concernée au sein de l’organisation. La décision prise au terme de ces échanges doit idéalement prendre en compte à la fois les questions commerciales et les aspects techniques.

En définitive, il est essentiel de donner systématiquement la priorité aux applications qui répondent aux besoins de l’entreprise, tout en veillant à ce qu’elles soient compatibles avec les compétences et les paramètres des développeurs et les environnements dans lesquels ils opèrent.

3. Sur quelle plate-forme ces applications seront-elles utilisées ?

Face à des entreprises qui utilisent une multitude d’environnements différents pour répondre à leurs exigences applicatives, chacune avec ses propres besoins technologiques bien spécifiques, toute la difficulté ne se résume pas à trouver la plate-forme idéale. Le problème est que les méthodes de développement et de gestion atteignent véritablement des sommets de complexité, avec des équipes IT et des développeurs qui jonglent entre applications traditionnelles, applications Cloud, SaaS, services et livraison on premise.

C’est précisément à ce niveau-là qu’il vous faut bâtir un socle commun entre les développeurs, les équipes IT et les branches d’activité. L’idée étant de créer une seule plate-forme capable de « tout gérer », un socle numérique software-defined capable d’offrir aux développeurs un environnement optimal, tout en aidant les équipes IT à gérer efficacement les technologies nouvelles et existantes sur n’importe quel Cloud, quels que soient l’application et le terminal utilisés, en intégrant d’emblée une sécurité intrinsèque. Une plate-forme unique capable d’assurer la mise à disposition de toutes les applications, tout en permettant aux développeurs de réduire les délais de production.

L’objectif est finalement de donner aux entreprises les moyens de déployer plus rapidement de meilleurs logiciels, d’automatiser le cycle de vie des applications de nouvelle génération, d’abattre les obstacles à l’adoption de Kubernetes et des conteneurs, voire d’exécuter Kubernetes sur différents Clouds. En d’autres termes, il s’agit de démocratiser Kubernetes pour permettre aux services informatiques de proposer des applications capables de transformer la compétitivité de l’entreprise.

4. Sur quoi voulons-nous les faire fonctionner ?

Les développeurs ne doivent pas oublier que « l’endroit » précis où seront exécutées les applications est en réalité bien souvent dicté par les besoins commerciaux, juridiques et techniques. Car les entreprises doivent parfois se plier aux exigences réglementaires ou aux demandes des clients concernant la localisation géographique du stockage des données.

Il peut également s’avérer nécessaire, pour des raisons technologiques, de maintenir les données et les applications au plus près de l’utilisateur final, par exemple lorsque la latence maximale n’est pas négociable.

Vient ensuite la question de la souveraineté des données, qui varie d’un pays à l’autre et qui doit être prise en compte dans toute décision relative au déploiement des applications.

L’important est de prendre en considération tous ces aspects, de manière à progresser en cochant les cases une à une.

5. Comment les utilisateurs pourront-ils y accéder ?

Une fois les fondations en place, les développeurs et les équipes IT doivent s’entendre sur la manière dont les applications seront mises à la disposition des utilisateurs finaux. Cet aspect est bien souvent négligé, et il est en réalité impossible de comprendre, ou même de considérer le retour sur investissement d’une application tant qu’elle n’est pas entre les mains de l’utilisateur, qu’il s’agisse d’un client, d’un collaborateur ou de n’importe quelle autre partie prenante.

Cela s’applique également à la question des mises à jour : un collaborateur aura beau avoir entre les mains les applications les plus puissantes au monde, s’il est contraint de mettre à jour chacune d’elles manuellement, il ne pourra en percevoir la véritable valeur qu’après avoir effectivement pris le temps de le faire.

6. Comment les sécuriser ?

Applications, données, infrastructure : tout doit être adossé à une sécurité irréprochable. La nature sophistiquée des cyberattaques de nouvelle génération exige des réponses tout aussi sophistiquées, d’où l’importance cruciale de développer une sécurité de bout en bout qui couvre à la fois les applications, les charges de travail, les terminaux et l’infrastructure. Les développeurs et les équipes informatiques ne peuvent se permettre d’y penser après-coup. C’est en intégrant la sécurité de manière intrinsèque pendant la phase du développement des applications qu’ils seront en mesure d’en garantir la sécurité quel que soit l’environnement sur lequel elles tournent.

7. Comment allons-nous gérer tout cela ?

Nous en arrivons à la question de la gestion déjà abordée à l’étape 3. Les équipes IT doivent trouver le moyen de contrôler ces différents éléments et de gérer toutes les applications de manière cohérente, quel que soit l’endroit où elles sont déployées, tout cela dans un contexte de pénurie de talents et de ressources de développement. Elles doivent s’appuyer sur une infrastructure simplifiée, qui garantit des opérations cohérentes, et sur un modèle permettant de développer et d’exploiter des applications modernes sur de multiples environnements, aussi bien on premise que dans le Cloud.

Retrouvez plus d’informations à l’occasion de VMworld 2020 !

En quoi les applications favorisent-elles une réinvention en continu ?

En répondant à ces questions, les équipes IT et les développeurs seront en mesure de mieux comprendre les processus de développement d’applications existants et de savoir comment les adapter pour développer des applications rapidement et efficacement en réponse aux demandes émanant de toute l’entreprise.

Komputronik, l’un des plus grands distributeurs de solutions technologiques de Pologne, est un excellent exemple riche d’enseignements. Pionnier de l’e-commerce, l’entreprise a toujours cherché à exploiter les outils numériques pour offrir une expérience client optimal.

« Depuis le lancement de l’une des premières boutiques en ligne de Pologne il y a 22 ans, Komputronik a compris tout l’intérêt d’utiliser la technologie pour s’adapter à l’évolution des besoins de ses clients », souligne son CEO, Wojciech Buczkowski. « Aujourd’hui, le développement et la distribution de nouvelles applications nous permettent de réinventer en continu notre façon d’interagir et de communiquer avec nos clients. Et nous devons le faire rapidement pour être en mesure de l’emporter sur nos concurrents. »

La modernisation des applications au service de la transformation digitale

Les résultats d’une nouvelle étude réalisée à notre demande soulignent l’importance de ces applications et services modernisés pour la réussite de la transformation digitale. Comme vous pouvez le voir sur l’infographie ci-dessous, nous nous sommes entretenus avec plus de 2 250 développeurs d’applications et décideurs informatiques et métiers implantés dans la zone EMEA (dans le cadre d’une étude mondiale couvrant plus de 5 000 participants).

Apprendre à développer, exécuter, gérer, sécuriser et distribuer rapidement

Les entreprises qui réussissent sont celles qui s’appuient sur des applications modernes et sur une infrastructure informatique capable de les aider à développer, exécuter, gérer, sécuriser et distribuer rapidement n’importe quelle application à partir d’une plate-forme logicielle commune. Cet aspect est essentiel non seulement pour aider les équipes informatiques et les développeurs à répondre aux besoins de leurs clients en cette période de troubles, mais également pour protéger durablement leur entreprise face à toute difficulté potentielle.


Categorie: Actualités et temps forts

Mots-clés : , , , , , , ,

Articles similaires

Posté le 07/11/2018 par VMware_France

VMworld Europe Jour 1 : superpuissances technologiques et possibilités infinies

Jean-Pierre Brulard, Senior Vice-Président et Directeur Général de VMware EMEA, est monté sur scène pour partager un aperçu de l’agenda des prochains jours. Le thème de cette année, « Tous les possibles commencent avec vous », sont prometteurs. Jean-Pierre a rappelé que 2018 marquait le 20ème anniversaire de VMworld et les 12 000 personnes présentes à Barcelone en […]

Posté le 29/05/2020 par VMware_France

Applications en entreprise : les 6 règles des DSI à l’ère du télétravail généralisé

Signé par Eric Marin, Directeur Technique de VMware France Alors que la pandémie de Covid-19 bouleverse nos façons de travailler, le passage soudain au télétravail généralisé a poussé nombre de DSI à repenser leurs priorités et faire face à de nombreux casse-têtes. Parallèlement, l’expérience devient beaucoup plus virtuelle en cette période de confinement et dépend, […]

Posté le 24/07/2019 par VMware_France

Cybersécurité : interview de Pierre Ardichvili, Directeur réseau et sécurité chez VMware France

  78% des entreprises françaises estiment que leurs solutions de sécurité sont dépassées, selon l’enquête publiée récemment par VMware et Forbes Insights. Comment aider les entreprises françaises à se protéger contre les cyber-menaces ? Pierre Ardichvili, Directeur réseau et sécurité chez VMware France répond à toutes nos questions ! Rendez-vous le 9 octobre prochain lors […]

Commentaires

Pas encore de commentaire

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published.

This site uses cookies to improve the user experience. By using this site you agree to the privacy policy