Containers, machines virtuelles et micro VM unissent leurs forces 

Posté le 04/11/2019 by VMware_France

Associés aux nouvelles applications les containers s’imposent dans les entreprises et l’orchestrateur de containers Kubernetes revêt un rôle de plus en plus stratégique. Pourquoi ce type de virtualisation est-il plébiscité et comment va-t-il cohabiter avec les machines virtuelles (VM) et les micro Vsans pour autant complexifier la tâche des équipes informatiques ? Autant de questions que j’ai posées à Alexandre Caussignac.  

 

Thu Trang Nguyen. L’utilisation des VM et des containers correspond-elle à des époques et des contextes différents ? 

 

Alexandre Caussignac.  La généralisation des machines virtuelles (virtualisation de type 1) a eu lieu au début des années 2000. A l’époque les applications étaient monolithiques et les serveurs X86 souvent utilisés à moins de 20% de leur capacité. En découplant le matériel du logiciel les machines virtuelles ont amélioré l’efficacité des serveurs et ouvert la voie aux infrastructures définies par logicielles (Software Defined). La virtualisation a été étendue au stockage et au réseau et une majorité d’entreprises utilise ce socle d’infrastructures virtualisées pour bâtir leur cloud privé. L’adoption de la virtualisation est telle qu’aujourd’hui de nombreux fournisseurs de cloud public ont noué des partenariats avec VMware pour étendre la virtualisation de manière homogène dans un cloud hybride. Le container (virtualisation de type 2) est apparu en entreprise en 2013 dans un contexte applicatif bien différent. 

 

L’arrivée des containers est donc liée à la modernisation des applications ? 

 

La révolution numérique est passée par là. Les entreprises devaient produire et mettre en service très rapidement beaucoup plus d’applications et pouvoir continuellement les enrichir en fonctionnalités sans perturber l’utilisateurOn a ainsi vu apparaitre des notions d’intégration continue et de développement continu (CI/CD) associées à des méthodes DevOps. Pour donner plus d’agilité au développement, les nouvelles applications (souvent appelées cloud natives) sont conçues sur des architectures de microservices qui décomposent l’application en éléments autonomes et indépendantsCes micro-services et les architectures distribuées avaient besoin d’une virtualisation adaptée à leurs caractéristiques : le container. 

 

Pourquoi le container se prête il bien aux microservices ? 

 

Une VM est l’équivalent d’un serveur logique. Elle contient le système d’exploitation et l’ensemble des couches applicativesCela convenait parfaitement à des applications monolithiques qui constituent encore l’essentiel du patrimoine applicatif des entreprises. Par contre avec les nouvelles applications distribuées cela revenait à créer autant de VMs que de microservices et donc à multiplier les systèmes d’exploitation.  

Les conteneurs sont plus simples et plus légers que les machines virtuelles. Ils partagent le noyau de l’OS hôte et évitent ainsi la redondance des OS invités et les démarrages associés. Chaque container est dédié à une tâche (un processus) et n’embarque que ce qui lui est nécessaire pour fonctionner (les environnements d’exécution de code autonomes)Ils sont donc parfaitement adaptés aux applications nécessitant de la portabilité et de la scalabilité  

 

Machines Virtuelles et containers peuvent-ils collaborer ? 

 

Les containers ont été vus tout d’abord comme une alternative aux VMs car on pouvait mettre six à huit fois plus de conteneurs que de machines virtuelles sur un serveur bare-metal. Avec le recul et l’expérience on s’est aperçu que l’association containers et machines virtuelles se révèle particulièrement bénéfique.   

  • Sécurité et portabilité ne sont plus antinomiques grâce à l’isolation éprouvée des VM. En regroupant plusieurs containers au sein d’une VM on limite la propagation du risque à celle-ci. Il n’est plus utile d’avoir recours à l’OS pour assurer la sécurité et on supprime ainsi toute adhérence qui nuirait à la portabilité. 
  • Efficacité et agilité renforcéesOn peut s’affranchir de la limite recommandée de 100 containers par « container host » (porte containers) en découpant un serveur physique en unités logiques (des VM) pouvant chacune héberger jusqu’à 100 containers. On augmente la densité possible de containers et on offre une plus forte agilité utile pour le cloud. 
  • Segmentation plus fine par cluster Kubernetes Le recours aux VM évite les gros clusters avec un modèle multi tenant reposant sur une seule et même API de contrôle 
  • Performances améliorées pour les serveurs distribués car l’hyperviseur tire un meilleur parti des architectures distribuées NUMA que les OS du marché. Un test comparatif a d’ailleurs été effectué sur des applications Web. 

 

Quel est le rôle des micro VMs vis-à-vis des containers ? 

 

Avec les micro VMs, un nouveau modèle se dessine bénéficiant de lisolation intrinsèque des machines virtuelles et de la portabilité et de la scalabilité des containers. De grands acteurs tels qu’Amazon Web Services et Google se basent déjà sur ces micro VMs pour mettre à disposition une bonne partie de leurs services managés (AWS Lambda, )L’objectif est de réduire la machine virtuelle à la taille d’un containerAu sein d’une micro VM, un container ne sera plus contraint de partager l’OS. Cela permet de sécuriser et disoler le container avec une empreinte minime, portable et scalable.  

 

Les containers ont simplifié la vie des développeurs mais n’ont-ils pas compliqué celles des opérateurs ?  

 

C‘est la raison pour laquelle Kubernetes rencontre un tel succès car l’orchestration est plus que jamais nécessaire pour le monde de l’infrastructure. Mais la bataille stratégique ne repose plus réellement sur les runtimes de haut niveau (API), qui sont devenus une commodité dans la philosophie de Kubernetes via les interfaces (CRI, CNI, CSI), mais plutôt sur les runtimes de bas niveau (binaire que va exécuter le container). Et c’est là qu’entre en scène des approches comme les micro VM qui assurent isolation et portabilité. 

 

Comment simplifier la gestion de toutes ces formes de virtualisation ? 

 

Les entreprises ont des approches très pragmatiques et on trouvera chez la majorité d’entre elles une combinaison de VM, de containers et de micro VM avec le risque de créer de nouveaux Silo. VMware a pris la mesure de l’enjeu et a annoncé en aout 2019 le projet Pacific. VMware a architecturé vSphere pour intégrer Kubernetes et offrir aux entreprises une unique plateforme pour gérer les applications existantes (monolithiques) et de nouvelles applications (à base de micro services). VM, containers et micro VM (standards ou éphémères) peuvent coexister directement sur l’hyperviseur et être gérés comme un tout cohérent (namespace VM/Container).  Les équipes informatiques disposeront d’une vision unifiée des clusters, containers et VM fonctionnant sur VMware vCenter Server for Kubernetes  

 

 

Retrouvez + de points de vue : https://blogs.vmware.com/emea/fr/  

https://www.vmware.com/fr.html  


Categorie: Actualités et temps forts

Mots-clés : , , , , , ,

Articles similaires

Posté le 05/06/2020 par VMware_France

Polypore, groupe industriel international, met en place un pilotage unique de ses datacenters avec VMware

Résultat : augmentation de 15 à 20% de la performance des datacenters et une fiabilité accrue Fabriquant de séparateurs pour batteries à destination des industries automobile et télécom, Polypore a fait le pari d’une virtualisation hyperconvergée de ses trois data centers, afin d’obtenir une seule et même console d’administration au niveau mondial. Le groupe opère […]

Posté le 22/01/2020 par VMware_France

Kubernetes, la pièce maîtresse pour construire une plate-forme de développement d’applications modernes

  De nos jours, les entreprises de tous secteurs dépendent désormais d’applications pouvant être développées et utilisées en interne de façon très rapide. Cette réactivité est même désormais essentielle pour leur permettre de s’adapter aux exigences du marché qui ne cessent d’évoluer. Pour ce faire, les entreprises ont besoin d’une infrastructure capable de gérer cette […]

Posté le 23/03/2020 par VMware_France

VMware annonce de nouvelles solutions pour aider ses clients à moderniser leurs applications et leur infrastructure

Une nouvelle infrastructure, de nouveaux produits : un nouveau chapitre s’ouvre pour VMware.

Commentaires

Pas encore de commentaire

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published.

This site uses cookies to improve the user experience. By using this site you agree to the privacy policy