La blockchain crée la confiance sur le web

Posté le 19/10/2018 by VMware_France
DISCLAIMER: cet article a plus d'un an et peut ne pas être à jour avec les événements récents ou les informations nouvellement disponibles.

A l’image du succès de Joe Lubin et de son entreprise ConsenSys, la blockchain laisse entrevoir un web décentralisé et assurant des échanges en toute confiance.

Qu’ont en commun l’Ukraine et le Kenya ? Certainement pas le climat ! Ces deux pays testent la blockchain dans le cadre du vote électronique. Une expérimentation succédant à celle menée par la prestigieuse Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. L’environnement de test de la Commission électorale centrale de l’Ukraine, qui repose sur 28 nœuds, permet de tirer parti de la caractéristique essentielle de la blockchain : l’impossibilité de modifier une information enregistrée. Dans la pratique, il s’agirait de mettre en place un tel nœud dans chaque bureau de vote, ce qui coûterait environ 1000 euros. C’est d’ailleurs cette même caractéristique qui pousse la commission électorale kenyane à envisager la blockchain comme garante des résultats des prochains scrutins, sachant que les élections sont régulièrement contestées dans ce pays.

Rendre le monde plus collaboratif

La blockchain employée pour assurer la transparence d’une élection, nul doute que Joe Lubin l’avait prévu. Le patron de ConsenSys (900 salariés) a développé une expertise pointue autour de la plateforme d’échange décentralisée et sécurisée Etherum, dont il est le cofondateur. Etherum s’appuie sur une cryptomonnaie, l’ether, équivalent du célèbre bitcoin, mais en plus performant. Si l’ether a fait sa fortune – estimée entre 1 et 5 milliards de dollars – Joe Lubin voit dans la blockchain en général et Ethereum en particulier un moyen de « transformer le monde en un monde plus collaboratif, équitable et de confiance ».

Avec la blockchain, les transactions et échanges sont sécurisés par chacun des membres de la chaîne, sans devoir passer par un organisme de certification central (ou tiers de confiance) tel qu’un gouvernement. Avec à la clé une réduction des coûts, puisqu’il n’y a plus de commissions à verser aux intermédiaires.

Si le bitcoin a une réputation sulfureuse (accusé de faciliter le blanchiment d’argent ou l’achat de produits illicites sur le dark web), ConsenSys envisage pour l’ether des applications nettement plus respectables. Parmi elles, une application pour éviter la surpêche du thon, ainsi que « Ujo Music » qui permet aux artistes de récolter eux-mêmes leurs droits d’auteur grâce à un jeton joint à leurs morceaux. Ce principe d’attacher un jeton (ou « token ») à n’importe quel produit ou service (bulletin de vote, permis de conduire…) rend transparente toute transaction, entre des personnes qui n’ont pas besoin de se faire confiance.

Les problèmes en passe d’être résolus

Joe Lubin est conscient des limites de la blockchain. On accuse cette dernière d’être très coûteuse en énergie à cause des serveurs qui tournent à plein régime pour valider une transaction ? Il répond qu’une prochaine modification du logiciel d’Ethereum apportera plus d’efficacité. Les vols de jetons virtuels – qui peuvent s’échanger contre de l’argent bien réel – sont fréquents ? Juste une question d’interface à sécuriser. Mais en aucun cas la faute à la blockchain elle-même, assure Joe Lubin.

 

Lire l’article

Pour aller plus loin :

Réinventer le web grâce à la blockchain

Les projets de VMware en matière de blockchain

 


Categorie: Actualités et temps forts

Mots-clés : , ,

Articles similaires

Posté le 16/10/2020 par VMware_France

VMworld 2020 : innover pour faire face au changement

2020 a été une année particulièrement éprouvante et nous avons tous dû faire preuve d’une résilience inédite pour faire face à de nombreux défis, tant sur le plan personnel que professionnel. Cette crise a mis en lumière à quel point l’agilité et la flexibilité étaient primordiales pour les entreprises. Chez VMware, nous avons toujours eu […]

Posté le 08/08/2019 par VMware_France

Porsche Informatik renforce son leadership numérique grâce au data center défini par logiciel

  Véhicules électriques, connectés ou autonomes, économie collaborative : face à ces tendances, le secteur de l’automobile doit s’adapter et faire preuve d’innovation. C’est pourquoi en 2018, Porsche Informatik, le centre de contrôle logiciel de Porsche Holding, a souhaité réorganiser son infrastructure informatique avec l’aide de VMware, un partenaire de longue date.  

Posté le 15/03/2018 par VMware_France

Tirez le meilleur parti de votre Data Center grâce aux kits HCI

Les clients affirment que la principale raison pour laquelle ils préfèrent VMware vSAN aux autres solutions est « sa parfaite intégration avec vSphere ». Lorsque nous leur demandons quels sont les principaux avantages, la plupart des clients mettent en avant la simplicité de gestion et les gains de temps réalisés grâce à cette intégration. Le […]

Commentaires

Pas encore de commentaire

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published.

This site uses cookies to improve the user experience. By using this site you agree to the privacy policy